L’IMC ou indice de masse corporelle est un indicateur censé représenter le poids de forme d’une personne : est-ce qu’elle est en surpoids ? Est-ce qu’elle est maigre ? ou bien est-ce qu’elle est dans la norme ?

Mais cet indicateur, qui est utilisé par beaucoup de nos instances médicales, est-il fiable ? Et si non, quel indicateur est plus pertinent pour analyser sa condition physique et surtout suivre sa progression ?

 

C’est quoi l’IMC ?

L’IMC c’est un acronyme qui signifie Indice de Masse Corporel. Il s’agit en fait d’un « calcul » mathématique relativement simple qui permet d’estimer la corpulence d’une personne. Retenez bien ce mot « estimer ». On y reviendra plus tard.

Pour calculer l’IMC d’une personne, il suffit de diviser son poids (en kg) par sa taille au carré.
Par exemple, dans mon cas je fais 1m80 pour 82 kilos, je fais donc : 82/(1,8x1,8) ce qui donne 25,3.

Maintenant que l’on connaît mon IMC, il faut savoir ce qu’il représente. Pour ça, il existe une échelle de lecture définie par l’OMS (organisation mondiale de la santé).

Dans mon cas, mon IMC de 25,3 me place dans la catégorie « surpoids » . Pourtant, ma condition physique actuelle est loin d’être celle d’une personne en surpoids…

 

Alors pourquoi l’IMC n’est pas un indicateur fiable ?

Tout simplement car on ne fait pas la distinction entre la masse maigre (eau, os et organes), la masse musculaire et la masse grasse (graisses).

C’est un peu comme-ci pour payer vos courses au supermarché on pesait votre caddie sans biper chacun des produits qu’il contient. C’est rapide, cela peut marcher approximativement mais ce n’est pas fiable.

Comprenez donc que l’IMC est un indicateur « statique » . Il ne s’applique pas forcement à tous les adultes et notamment pour les personnes sportives ou seniors.

Rassurez-vous, il est quand même possible de mesurer sa progression en musculation et connaître notre condition physique.
Pour cela, il faut réaliser des mesures plus « spécifiques » que simplement le poids et regarder notre ratio masse musculaire / masse grasse.

(J’ai fait une vidéo spéciale sur le sujet qui s’intitule « comment mesurer sa progression » que je vous invite à aller voir si vous voulez approfondir le sujet.)

Ce qu’il faut retenir c’est qu’il vous faut tenir compte d’autre facteur que simplement le « poids » pour mesurer votre progression en musculation. Le poids est un indicateur trop vague (rappelez-vous de l’image du poids du caddie pour payer vos courses). Ce que je vous invite plutôt à faire c’est à suivre votre % de masse grasse. Maintenant pour quelques dizaines d’euros vous pouvez trouver une balance qui vous estime votre % de masse grasse.
Vous pouvez également suivre votre tour de taille et enfin n’oubliez pas le côté « esthétique » ou « visuel » en prenant régulièrement des photos de votre progression.

N’oublie pas de partager et de noter cet article !